Moses Hess – Catéchisme communiste (1844)

Extrait

De l’argent et de la servitude

1) Qu’est-ce que l’argent ?

C’est la valeur exprimée en chiffres de l’activité humaine, le prix d’achat ou la valeur d’échange de notre vie.

2) L’activité des hommes peut-elle être exprimée en chiffres ?

L’activité humaine, pas plus que l’homme lui-même, n’a de prix; car l’activité humaine est la vie humaine, que ne peut compenser aucune somme d’argent : elle est inestimable.

3) Qu’est-ce que l’homme qui peut être vendu pour de l’argent ou qui se vend lui-même pour de l’argent ?

Celui qui peut être vendu est un esclave et celui qui se vend a une âme d’esclave.

4) Que devons-nous déduire de l’existence de l’argent ?

Nous devons en déduire l’existence de l’esclavage [de l’homme], car l’argent est le signe même de l’esclavage de l’homme puisqu’il est la valeur de l’homme exprimée en chiffres.

5) Combien de temps les hommes resteront-ils encore esclaves et se vendront-ils avec toutes leurs facultés pour de l’argent ?

Ils le demeureront jusqu’à ce que la société offre et garantisse a chacun les moyens dont il a besoin pour vivre et agir humainement, de telle sorte que l’individu ne soit plus contraint à se procurer ces moyens par sa propre initiative et dans ce but a vendre son activité pour acheter en contrepartie l’activité d’autres hommes. Ce commerce des hommes, cette exploitation réciproque, cette industrie qu’on dit privée, ne peuvent être abolis par aucun décret, ils ne peuvent l’être que par l’instauration de la société communautaire, au sein de laquelle les moyens seront offerts à chacun de développer et d’utiliser ses facultés humaines.

6) Dans une société ainsi constituée, l’existence de l’argent est-elle possible ou imaginable ?

Pas plus que l’existence de l’esclavage des hommes. Lorsque les hommes ne seront plus obliges de vendre les uns aux autres leurs forces et leurs facultés, ils n’auront plus besoin non plus d’estimer leur valeur en chiffres, ils n’auront plus besoin de compter ni de payer. A la place de la valeur humaine exprimée en chiffres apparaîtra alors la véritable, inestimable valeur humaine — a la place de l’usure, le foisonnement des facultés humaines et des jouissances de la vie — à la place de la concurrence aux armes déloyales, une coopération harmonieuse et une noble émulation — à la place de la table de multiplication, la tête le coeur et les mains d’hommes libres et actifs.

Extrait de Marx et les communistes allemands à Paris de Jacques Grandjonc (Maspero, 1974)