Archiv der Kategorie 'Allgemein'

Duel au soleil

Un duel à l’épieu

On a apposé, ces jours derniers, une plaque commémorative sur la maison de la rue Saint-Louis-en-l’Ile, où vécut durant de longues années et où mourut Henry Bauër.

A cette occasion, on a rappelé le grand journaliste et le vigoureux critique dramatique qu’il fut et qui, contre Sarcey, défendit avec courage les droits du théâtre contemporain ; on a également évoqué ses luttes politiques, sa participation à la Commune, sa condamnation par un conseil de guerre de Versailles et son envoi au bagne.

Mais nul n’a rappelé le singulier duel qu’il eut à la Nouvelle-Calédonie et qui — oh ! les tragédies de la proscription ! — le mit aux prises avec l’un de ses coreligionnaires. Voici cette curieuse histoire :

A la presqu’île Ducos, où avait été fixée sa résidence, Bauër avait pour voisin un blanquiste fervent nommé Charbonnaud, et ouvrier menuisier de son métier. Les deux condamnés de l’insurrection parisienne fraternisèrent aussitôt. Après s’être construit un petit atelier, Charbonnaud entreprit de monter la cabane de Bauër : ce fut l’affaire de quelques jours et bientôt, au sommet de la case achevée, flotta le petit drapeau traditionnel. Puis, conformément à la coutume, on arrosa l’édifice.

En buvant, on discuta ; on évoqua naturellement les événements de Paris, on s’échauffa de part et d’autre et on en vint à discuter le degré de révolutionnarisme de chacun. Bauër ayant émis la prétention qu’il était peut-être plus révolutionnaire que Charbonnaud, celui-ci n’y tint plus et s’exprima en termes sévères, violents, injustes, sur les fils de la bourgeoisie qui s’étaient mêlés à la Commune et risquaient par la suite de trahir la classe ouvrière. La réponse de Bauër fut une gifle, et comme le blanquiste Charbonnaud n’était point de ceux qui, en matière de soufflets, pratiquent la théorie du Christ, il se jeta sur son contradicteur.

Au bruit de leur querelle, intervint le déporté Rousseau. C’était un ferme républicain, plus jacobin au fond que socialiste, mais surtout formaliste. « On ne se bat pas, prononça-t-il, à coups de poing, et puisque le règlement de votre discussion exige un duel et qu’ici vous n’avez à votre disposition ni épée ni pistolet, je ne vois de possible qu’un duel à la hache. »

Et les deux antagonistes de constituer leurs témoins ; Amilcar Cipriani et Caulet de Tayac pour Bauër ; Jules Renard (père de M. Edouard Renard, ancien préfet de la Seine) et Mair pour Charbonnaud. C’est Assi, l’ancien mécanicien du Creusot, membre, de la Commune pour le 11e arrondissement, qui, dans son modeste établi de forgeron, fabriqua les piques avec lesquelles s’affrontèrent les deux combattants.

Comment se déroula le duel ? Je suis probablement le seul aujourd’hui à en posséder le procès-verbal ; je le reproduis :

Presqu’île Ducos, Numbo.

Aujourd’hui, 24 décembre 1872, à cinq heures du soir, conformément aux termes du procès-verbal signé par nous dans la matinée, nous avons conduit sur le terrain désigné d’avance MM. Charbonnaud et Bauër auxquels nous avions laissé ignorer jusqu’au dernier moment l’heure et le lieu du combat.

M. Charbonnaud était arrivé le premier sur le terrain avec ses témoins, et quand M. Bauër y est arrivé un instant après avec les siens, un incident imprévu s’est produit. M. Charbonnaud, auquel ses témoins venaient de donner lecture du procès-verbal, a demandé qu’une modification fût apportée au premier paragraphe et que les paroles blessantes échangées entre M. Bauër et lui y fussent relatées in extenso. Cette demande, transmise par les témoins de M. Charbonnaud, a été discutée par les signataires des présentes, et d’accord tous quatre, ils ont décidé qu’il n’y avait aucune modification à apporter au procès-verbal.

L’incident clos, les deux adversaires ont été placés en face l’un de l’autre, et au signal donné par les témoins, le combat a commencé.

Après trois passes échangées, M. Charbonnaud a été atteint à la gorge d’un coup de pointe qui a porté de bas en haut. Au même instant, M. Charbonnaud a saisi le poignet droit de son adversaire, lequel, en faisant effort pour se dégager, tomba à la renverse en même temps que son arme lui échappait de la main. M. Charbonnaud, animé par le combat et ignorant les règles du duel, allait se précipiter sur M. Bauër, quand il fut retenu par ses témoins.

M. Bauër s’étant relevé et ayant ressaisi son arme, le combat recommença sur un second signal des témoins, et après quelques passes, M. Charbonnaud a été une seconde fois atteint d’un coup de pointe qui a porté dans l’articulation placée entre le pouce et l’index de la main droite.

Les témoins ont alors fait cesser le combat et ont déclaré l’honneur satisfait.

Nous, témoins du combat, attestons sur l’honneur la vérité de ce qui précède et déclarons que sur le terrain la conduite de MM. Charbonnaud et Bauër a été celle d’hommes d’honneur.

En foi de quoi, nous avons signé sur double copie le présent procès-verbal.

A. Cipriani,Jules Renard, Caulet de Tayac, Maib

Quelle émotion à l’idée de cette rencontre sauvage entre deux hommes, deux vaincus de la même bataille sociale, deux déportés, essayant de s’entre-tuer à deux mille lieues de la France, sur la terre ingrate du bagne !

Quoi de plus douloureux que ce duel à l’épieu ! ..

Alexandre Zévaès

L’Œuvre, 16 juillet 1934, p. 5.

Illustration : Le monde illustré, 8 février 1873, p. 88. (Nouvelle-Calédonie – L’arrivée de la « Danaé » – Les déportés au moment de leur débarquement)

Biblio.
Georges Pisier, « Les déportés de la Commune à l‘île des Pins, Nouvelle-Calédonie, 1872-1880 », Journal de la Société des Océanistes, 1971, n°31, p. 103-140.

Joseph Gabel – La fausse conscience (1962)

Michel Pavlovitch [Weltmann] – La situation agraire en Perse à la veille de la révolution (1910)

Michel Pavlovitch [Weltmann] – „La situation agraire en Perse à la veille de la révolution“, Revue du monde musulman, n°12, 1910, p. 616-625.

Bibl.
Michael Kemper, “Red Orientalism: Michail Pavlovich and Marxist Oriental Studies in Early Soviet Russia,” Die Welt des Islams 50, 3 (2010), p. 435–476.

Anton Pannekoek – La destruction de la nature (1909)

De nombreux écrits scientifiques se plaignent avec émotion de la destruction croissante des forêts. Or ce n’est pas seulement la joie que chaque amoureux de la nature éprouve pour la forêt qui doit être prise en compte. Il existe aussi d’importants intérêts matériels, voire des intérêts vitaux pour l’humanité. Avec la disparition des riches forêts, des pays connus dans l’Antiquité pour leur fertilité, densément peuplés, véritables greniers pour les grandes villes, sont devenus des déserts pierreux. La pluie n’y tombe que rarement, ou des pluies diluviennes dévastatrices emportent les minces couches d’humus qu’elle doit fertiliser. Là où la forêt des montagnes a été anéantie, les torrents alimentés par les pluies de l’été roulent d’énormes masses de pierres et de sable, qui dévastent les vallées alpines, déforestent et détruisent les villages dont les habitants sont innocents « du fait que le profit personnel et l’ignorance ont détruit la forêt dans les hautes vallées et la région des sources ».

« Intérêt personnel et ignorance » : les auteurs, qui décrivent avec éloquence ce désastre, ne s’attardent pas sur ses causes. Ils croient probablement qu’il suffit d’en souligner les conséquences pour remplacer l’ignorance par une meilleure compréhension et en annuler les effets. Ils ne voient pas qu’il s’agit d’un phénomène partiel, l’un des nombreux effets de nature similaire du capitalisme, ce mode de production qui est le stade suprême de la chasse au profit.

Comment la France est-elle devenue un pays pauvre en forêts, au point d’importer chaque année des centaines de millions de francs de bois de l’étranger et de dépenser beaucoup plus pour atténuer par le reboisement les conséquences désastreuses de la déforestation des Alpes? Sous l’Ancien Régime, il y avait beaucoup de forêts domaniales. Mais la bourgeoisie, qui a pris les rênes de la Révolution française, ne voyait dans ces forêts domaniales qu’un instrument d’enrichissement privé. Les spéculateurs ont rasé trois millions d’hectares pour transformer le bois en or. L’avenir était le cadet de leurs soucis, seul comptait le profit immédiat.

Pour le capitalisme, toutes les ressources naturelles ont la couleur de l’or. Plus il les exploite rapidement, plus le flux d’or s’accélère. L’existence d’un secteur privé a pour effet que chaque individu essaie de faire le plus de profit possible sans même penser un seul instant à l’intérêt de l’ensemble, celui de l’humanité. Par conséquent, chaque animal sauvage ayant une valeur monétaire, toute plante poussant à l’état sauvage et dégageant du profit est immédiatement l’objet d’une course à l’extermination. Les éléphants d’Afrique ont presque disparu victimes d’une chasse systématique pour leur ivoire. La situation est similaire pour les hévéas, qui sont victimes d’une économie prédatrice dans laquelle tout le monde ne fait que détruire les arbres sans en replanter de nouveaux. En Sibérie, on signale que les animaux à fourrure se raréfient de plus en plus en raison d’une chasse intensive et que les espèces les plus précieuses pourraient bientôt disparaître. Au Canada, de vastes forêts vierges sont réduites en cendres, non seulement par les colons qui veulent cultiver le sol, mais aussi par les «prospecteurs» à la recherche de gisements de minerai ; ceux-ci transforment les versants montagneux en roches dénudées pour avoir une meilleure vue d’ensemble du terrain. En Nouvelle-Guinée, un massacre d’oiseaux du paradis a été organisé afin de se plier à la lubie dispendieuse d’une milliardaire américaine. Les folies de la mode typiques d’un capitalisme gaspillant la plus-value ont déjà conduit à l’extermination d’espèces rares; les oiseaux de mer de la côte est-américaine n’ont dû leur survie qu’à la stricte intervention de l’État. De tels exemples pourraient être multipliés à l’infini.

Mais les plantes et les animaux ne sont-ils pas là pour être utilisés par les humains à leurs propres fins ? Ici, nous laissons complètement de côté la question de la conservation de la nature telle qu’elle se poserait sans l’intervention humaine. Nous savons que les humains sont les maîtres de la terre et qu’ils transforment complètement la nature pour leurs besoins. Pour vivre, nous sommes complètement dépendants des forces de la nature et des richesses naturelles; nous devons les utiliser et les consommer. Ce n’est pas de cela dont il est question ici, mais uniquement de la façon dont le capitalisme en fait usage.

Un ordre social raisonnable devra utiliser les trésors de la nature mis à sa disposition de telle sorte que ce qui est consommé soit en même temps remplacé, en sorte que la société ne s’appauvrisse pas et puisse s’enrichir. Une économie fermée qui consomme une partie des semis de céréales s’appauvrit de plus en plus et doit infailliblement faire faillite. Tel est le mode de gestion du capitalisme. Cette économie qui ne pense pas à l’avenir ne fait que vivre dans l’instantanéité. Dans l’ordre économique actuel, la nature n’est pas au service de l’humanité, mais du Capital. Ce ne sont pas les besoins vestimentaires, alimentaires et culturels de l’humanité, mais l’appétit du Capital en profit, en or, qui régit la production.

Les ressources naturelles sont exploitées comme si les réserves étaient infinies et inépuisables. Avec les néfastes conséquences de la déforestation pour l’agriculture, avec la destruction des animaux et des plantes utiles, apparaît au grand jour le caractère fini des réserves disponibles et la faillite de ce type d’économie. Roosevelt reconnait cette faillite lorsqu’il veut convoquer une conférence internationale pour faire le point sur l’état des ressources naturelles encore disponibles et prendre des mesures pour prévenir leur gaspillage.

Bien sûr, ce plan en soi est une fumisterie. L’État peut certes faire beaucoup pour empêcher l’impitoyable extermination d’espèces rares. Mais l’État capitaliste n’est après tout qu’un triste représentant du bien commun (Allgemenheit der Menschen). Il doit se plier aux intérêts essentiels du Capital.

Le capitalisme est une économie décérébrée qui ne peut réguler ses actes par la conscience de leurs effets. Mais son caractère dévastateur ne découle pas de ce seul fait. Au cours des siècles passés, les êtres humains ont exploité la nature de manière insensée sans penser à l’avenir de l’humanité tout entière. Mais leur pouvoir était réduit. La nature était si vaste et si puissante qu’avec leurs faibles moyens techniques, ils ne pouvaient lui faire subir que d’exceptionnels dommages. Le capitalisme, en revanche, a remplacé le besoin local par le besoin mondial, créé des moyens techniques pour exploiter la nature. Il s’agit alors d’énormes masses de matière qui subissent des moyens de destruction colossaux et sont déplacées par de puissants moyens de transport. La société sous le capitalisme peut être comparée à la force gigantesque d’un corps dépourvu de raison. Alors que le capitalisme développe une puissance sans limite, il dévaste simultanément l’environnement dont il vit de façon insensée. Seul le socialisme, qui peut donner à ce corps puissant conscience et action réfléchie, remplacera simultanément la dévastation de la nature par une économie raisonnable.

Naturverwüstung / A[nton]. P[annekoek]. – In: Zeitungskorrespondenz, Nr. 75, 10. Juli 1909.
(Via Pantopolis – Trad. Philippe Bourrinet)

Anton Pannekoek – Naturverwüstung (1909)

Vielfach begegnet man in naturwissenschaftlichen Schriften bewegten Klagen über die zunehmende Waldverwüstung. Dabei ist nicht allein die Freude maßgebend, die jeder Naturfreund an dem Wald empfindet. Es kommen wichtige materielle Interessen, sogar Lebensinteressen für die Menschheit hinzu. Mit dem Verschwinden der reichen Waldbestände sind Länder, die im Altertum als fruchtbare dicht bevölkerte Gegenden, als Kornkammer für die Großstädte berühmt waren, zu den Steinwüsten geworden. Der Regen fällt dort selten, aber dann in verheerenden Güssen, die die dünnen Humusschichen wegspülen, steht sie zu befruchten. Wo der Wald auf den Bergen ausgerottet ist, wälzen die durch den Sommerregen genährten Wildbache ungeheure Stein- und Sandmassen herunter, die lachende Alpentaler verschütten, Wälder abscheren und Dörfer verwüsten, deren Bewohner unschuldig daran sind, „dass Eigennutz und Unverstand im Hochtal und Quellgebiet den Wald zerstört haben“.

Eigennutz und Unverstand, weiter dringen die Autoren, die in beredten Worten diesen Jammer schildern, in seine Ursachen nicht ein. Sie glauben wohl, dass es genügt auf die Folgen hinzuweisen, um den Unverstand durch bessere Einsicht zu ersetzen und seine Wirkung aufzuheben. Sie sehen nicht, dass es sich hier um eine Teilerscheinung handelt, um eine einzige unter den vielen ähnlichen Wirkungen des Kapitalismus, der Produktionsweise, die die höchste Form der Profitjägerei darstellt.

Wie ist Frankreich zu dem waldarmen Land geworden, das jährlich für Hundertmillion Franken Holz aus dem Ausland kommen lassen muss, und noch viel mehr ausgeben muss, um in den Alpen durch Aufforstung die schlimmsten Folgen der Entwaldung wieder gut zu machen? Unter dem alten Regime gab es dort viele Wälder als Staatsdomäne. Aber die Bourgeoisie, die in der französischen Revolution ans Ruder kam, sah in den Staatsforsten nur Mittel zur privaten Bereicherung. Drei Millionen Hektar ließen die Spekulanten fallen, um aus Holz Gold zu machen. An die Zukunft dachten sie nicht, nur an einen augenblicklichen Gewinn.

Dem Kapitalismus sind alle Naturschätze nichts als Gold. Umso rascher er sie ausbeutet, umso stärker fließt der Goldstrom. Die Privatwirtschaft bewirkt, dass jeder einzelne möglichst viel Profit zu erhaschen sucht, ohne auch nur einen Augenblick an das Interesse der Gesamtheit, der Menschheit zu denken. Daher ist jedes wilde Tier, das einen Geldwert darrstellt, jede wildwachsende Pflanze, die Profit liefert, sofort das Objekt eines Ausrottungswettkampfes. Die Elefanten in Afrika sind durch die systematische Jagd nach Elfenbein fast verschwunden. Ähnlich steht es mit den Kautschukbäumen, die einer Raubwirtschaft zum Opfer fallen, bei der jeder nur Bäume vernichtet, und keiner neue pflanzt. Aus Sibirien wird berichtet dass die Pelztiere infolge der intensiven Jagd immer seltener werden und die kostbarsten Arten vielleicht bald ganz ausgestorben sein werden. In Canada werden ungeheure Urwälder niedergebrannt, nicht nur von Ansiedlern, die den Boden bebauen wollen, sondern von „Prospektors“ die nach Erzlagern suchen und des besseren Übersichtes des Terrains wegen die Bergabhänge in nackte Felsen verwandeln. In Neuguinea wurde eine Aufräumung unter den Paradiesvögeln gehalten, um der Prunksucht einer amerikanischen Milliardendame zu befriedigen. Die Modetollheiten, die als Verschwendungsform des Mehrwerts zum Kapitalismus gehören, haben ·schon zur Ausrottung seltener Tiere geführt; die Seevögel der ostamerikanischen Küste sind nur durch strenges Eingreifen des Staates vor diesem Schicksal bewährt geblieben. Diese Beispiele sind beliebig zu vermehren.

Sind aber die Pflanzen und Tiere nicht dazu da, von Menschen für seine Zwecke gebraucht zu werden? Wir wollen hier die Frage der Erhaltung der Natur, so wie sie ohne das Eingreifen der Menschen sein würde, ganz außer Acht lassen. Wir wissen, dass die Menschen nun einmal die Herren der Erde sind und die Natur zu ihren Zwecken völlig umwandeln. Wir sind zu unseren Leben ganz auf die Naturkräfte und die Naturschätze angewiesen; wir müssen sie gebrauchen und verbrauchen. Nicht um diese Tatsache handelt es sich hier, sondern nur die Art und Weise, wie der Kapitalismus sie gebraucht.

Eine vernünftige Gesellschaftsordnung wird die ihr zur Verfügung stehenden Schätze der Natur in solcher Weise benutzen müssen, dass nicht mehr verbraucht wird, als jeder zugleich neu aufwächst, so dass die Gesellschaft nie ärmer wird und nur reicher werden kann. Eine abgeschlossene Wirtschaft, die einen Teil des zur Aussaat bestimmten Getreides verzehrt, wird immer ärmer und muss schließlich unfehlbar Bankrott machen. In solcher Weise wirtschaftet aber der Kapitalismus. Er denkt nicht an die Zukunft, sondern lebt nur beim Augenblick. Unter der heutigen Wirtschaftsordnung ist die Natur nicht der Menschheit sondern den Kapital dienstbar; nicht das Bedürfnis der Menschheit nach Kleidung, Nahrung und Kultur sondern das Bedürfnis des Kapitals nach Profit, nach Gold beherrscht die Produktion. Die Naturschätze werden ausgebeutet, als wären die Vorräte unendlich und unerschöpflich. In den üblen Folgen der Waldverwüstung für die Landwirtschaft, in der Ausrottung nützlicher Tiere und Pflanzen tritt die Endlichkeit der Vorräte als ein Bankrott dieser Wirtschaftsweise zu Tage. Als eine Anerkennung dieses Bankrotts ist es auch zu bezeichnen, wenn Roosevelt eine internationale Konferenz zusammenberufen will, der den Bestand der noch vorhandenen Naturschätze aufnehmen und Maßnahmen gegen ihre weitere Verschwendung treffen soll.

Natürlich ist dieser Plan selbst nur Humbug. Der Staat kann zwar Vieles tun, um die ruchlose Ausrottung seltener Naturwesen zu verhindern. Aber der kapitalistische Staat ist immerhin nur ein trauriger Vertreter der Allgemeinheit der Menschen. Vor den wesentlichen Interessen des Kapitals muss er Halt machen.

Der Kapitalismus ist eine kopflose Wirtschaft, die ihre Taten nicht durch das Bewusstsein der Folgen regulieren kann. Darin allein ließt aber sein verwüstender Charakter nicht. Auch in früheren Jahrhunderten haben die Menschen kopflos drauf los gewirtschaftet, ohne an die Zukunft der ganzen Menschheit zu denken. Aber ihre Macht war gering; die Natur war so groß und gewaltig, dass sie mit ihren kleinen schwachen Hilfsmitteln nur ausnahmsweisen Schaden darin anrichten konnten. Der Kapitalismus hat dagegen an die Stelle des Lokalbedarfs den Weltbedarf gesetzt und gewältige technische Hilfsmittel zur Ausbeutung der Natur geschaffen. Dabei handelt es sich dann sofort von ungeheuren Massen, die mit kolossalen Vernichtungsmitteln in Angriff genommen und mit mächtigen Transportmitteln weggeschafft werden. Die Gesellschaft unter dem Kapitalismus ist einem mit Riesenkraft ausgestatteten vernunftlosen Körper zu vergleichen; während er seine Kraft immer gewaltiger entwickelt, verwüstet er zugleich in sinnloser Weise die Natur, worin und wodurch er lebt. Nur der Sozialismus, der diesen mächtigen Körper Bewußtsein und überlegtes Handeln beibringt, wird damit zugleich die Naturverwüstung durch eine vernünftige Wirtschaft ersetzen.

Naturverwüstung / A[nton]. P[annekoek]. – In: Zeitungskorrespondenz, Nr. 75, 10. Juli 1909; publiziert in: Leipziger Volkszeitung, 10 Juli 1909.
(via Antonie Pannekoek Archives)