Else Lasker-Schüler – Hebräische Balladen (1920)

Senna Hoy

Depuis que tu reposes sur la colline,
La terre est suave.

Où que j’aille, désormais, sur la pointe des pieds,
J’arpente des chemins purs.

Oh, la mort, doucement, s’est imbibée
Des roses de ton sang.

Je n’ai plus crainte
De mourir.

Déjà, je suis éclose sur ta tombe,
Parmi les fleurs des clématites.

Tes lèvres m’appelaient – sans cesse
Mon nom a perdu le chemin du retour.

Chaque pelletée de terre, en t’épousant,
Me soustrayait au monde.

Voilà pourquoi je suis teintée de nuit,
Et d’astres au crépuscule.

Je me suis faite énigme pour nos amis,
Une étrangère.

Mais tu te tiens aux portes de la cité quiète,
Et m’attends là, grand Ange.

1917

Trad de l’allemand par Eva Antonnikov

(Source)


0 Antworten auf „Else Lasker-Schüler – Hebräische Balladen (1920)“


  1. Keine Kommentare

Antwort hinterlassen

XHTML: Du kannst diese Tags benutzen: <a href=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote> <code> <em> <i> <strike> <strong>


acht × = sechsundfünzig