Archiv für Mai 2014

Adolf Levenstein – Arbeiter-Philosophen und -Dichter. Blech-, Berg-, Metall- und Textilarbeiter, Sticker, Handschuhmacher, Bäcker, Buchdrucker, Weberinnen, Dienstmädchen (1909)

Adolf Levenstein. Zu seiner Biographie ist bisher folgendes bekannt: am 14.4.1870 in Berlin geboren, Jude, lange Zeit wohnhaft in Berlin, letzte Spur dort im Jahre 1927, als Deportierter in Theresienstadt im Dezember 1942 umgekommen. In der Zeit von 1908 bis 1914 brachte er sich ins Gespräch durch Veröffentlichungen, in denen dichtende und philosophierende Arbeiter zu Wort kamen oder Arbeiter-Biographisches vorgelegt wurde – alles dies jedoch ‘Nebenprodukte’ seiner Hauptforschungsarbeit : einer empirischen Untersuchung über ‘Die Arbeiterfrage mit besonderen Berücksichtigung der sozialpsychologischen Seite des modernen Großbetriebes und der psycho-physischen Einwirkungen auf die Arbeiter’ (München, 1912). Was Levenstein interessierte, war die psychische Situation des Arbeiters – dessen Verhältnis zu sich selbst, zum Leben und zur Gemeinschaft.

Klaus M. Beier, „Individuum“ und „Gemeinschaft“ – Adolf Levenstein und die Anfänge der sozialpsychologischen Umfrage in der arbeitspsychologischen Forschung, IWK 24, 1988, S. 171-192.

De Salonique à Constantinople – Des années rébétiko à nos jours

De Salonique à Constantinople – Des années rébétiko à nos jours
Le chant rébétiko, à qui la musique populaire grecque d’aujourd‘hui doit toute sa vivacité, s’est développé à partir des années 20 avec les réfugiés d‘’Asie Mineure et le tragique échange de populations entre Grèce et Turquie.
Le monde des rébétes, celui d’un sous-prolétariat marginalisé, chômeurs forcés ou professionnels, musique des fumeries et des prisons, connaitra plusieurs périodes. La troisième et dernière époque sera incarnée par Vassilis Tsisanis, chanteur et compositeur prolifique, maitre de l’improvisation dont la voix pendant près d’un demi-siècle deviendra la personnification d’une époque, d’un espoir et proposera un rébétiko plus occidentalisé.
Des échos des tavernes et des « Kafé Aman » nous parviendront grâce à des artistes comme Ross Daly installé en Crête depuis plus de 25 ans ou encore de l’Ensemble En Chordais de Salonique, groupe musical et également collectif d’ethnomusicologues qui collectent des éléments musicaux constitutifs de cette mémoire relative à la question des réfugiés…(on pourrait presque dire dans le silence de leur identité propre…)
Nous irons également à Istanbul en compagnie de Kudsi Erguner, compositeur et joueur de Ney. Comment la musique traditionnelle a-t-elle survécu à l’histoire en Turquie ?

France Musique

A Contretemps – L’aventure s’achève…

… en feu d’artifice, sur un numéro consacré à GUSTAV LANDAUER.

(Illustration: Florent Martin)