Bergson [Grace Lee Boggs] et Chaulieu [C. Castoriadis] – La question russe (1948)

Résolution présentée par Bergson (Grace Lee, de la tendance Johnson-Forest) et Chaulieu (Castoriadis) au Congrès de la IV° Internationale (1948).

1

La théorie de la Russie comme “État ouvrier dégénéré”, en identifiant la nationalisation de la propriété avec les rapports de production socialistes, en considérant cette nationalisation comme “progressive”, indépendamment du pouvoir économique et politique du prolétariat et en assignant au prolétariat russe et mondial comme tâche primordiale ou esentielle la défense de cette propriété nationalisée, non seulement constitue un abandon de points essentiels du marxisme révolutionnaire ( sur l’Etat, sur le contenu des rapports de production, sur la notion même de l’Etat ouvrier), non seulement elle altère le programme de la révolution socialiste, mais a pour résultat de retrancher de la révolution socialiste mondiale une partie essentielle du prolétariat international.

2.

La conception selon laquelle la révolution russe a besoin de la stimulation du prolétariat venant de l’extérieur de la Russie ou que la révolution russe n’est pas une révolution sociale est un aveu de l’incapacité d’analyser les rapports de production de classe en Russie, et l’existence dans l’économie russe du même antagonisme fondamental que dans l’ensemble de la société contemporaine : la contradiction entre les forces productives et les rapports de production, l’incompatibilité entre la production sociale et l’appropriation de classe.

3.

Les rapports de production en Russie sont des rapports d’exploitation basés sur l’expropriation totale, économique et politique, du prolétariat et l’appropriation complète du capital par la bureaucratie dominante. C’est ce caractère de classe des rapports de production qui détermine le caractère de classe des rapports de répartition. C’est également le caractère de classe des rapports de production, dont la nationalisation constitue l’expression adéquate, qui détermine le caractère de l’Etat russe, Etat totalitaire instrument d’oppression contre le prolétariat.

4.

Dans les pays du « glacis », le processus d’assimilation structurelle à la Russie qui commença depuis la chute du nazisme s’approfondit de plus en plus et tend à embrasser les forces essentielles de la vie économique, politique et sociale. Ce processus signifie fondamentalement l’extermination des couches bourgeoises dominantes auparavant, leur remplacement par la couche bureaucratique stalinienne et le maintien du prolétariat dans les cadres d’un régime d’exploitation complète et d’une oppression totalitaire.

5.

La tâche fondamentale du prolétariat qui se trouve sous la domination stalinienne n’est pas la « défense inconditionnelle » de la propriété nationalisée, mais le renversement des rapports de classe existant dans tous ces pays, l’établissement du pouvoir propre des masses armées, sur le terrain économique comme sur le terrain politique, et l’expansion des forces créatrices du prolétariat lui-même comme une force économique. De cette tâche résulte la nécessité de la politique du défaitisme révolutionnaire pendant la guerre dans l’ensemble de ces pays (Russie et pays du « glacis ») et partout où l’armée russe avance. La tâche du renversement du régime d’exploitation dans ces pays ne peut pas être confiée à la lutte « nationale » ou « démocratique », mais repose uniquement sur le prolétariat luttant pour la révolution socialiste et conduisant les autres couches de la population exploitée.

La Bataille Socialiste


2 Antworten auf „Bergson [Grace Lee Boggs] et Chaulieu [C. Castoriadis] – La question russe (1948)“


  1. 1 loeildeschats 25. Juni 2010 um 22:30 Uhr

    Un classique… le plus drôle c‘est que je me souviens du même débat, dans la même organisation, vingt ans plus tard…

  1. 1 Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Pingback am 30. Juni 2010 um 11:00 Uhr
Die Kommentarfunktion wurde für diesen Beitrag deaktiviert.