C. Charrier – La reproduction de la force de travail en question (2003)

L’établissement de la subordination réelle de la classe prolétaire à la classe capitaliste, avec elle de l’accumulation intensive du capital et du mode relatif d’accroissement de la plus-value passe par l’intégration de la reproduction de la force de travail dans le cycle de valorisation du capital.
[…] Généralement parlant, l’intégration de la reproduction de la force de travail dans le cycle de valorisation du capital, c’est l’abaissement de la valeur de la force de travail à travers le moindre coût des marchandises entrant dans la consommation ouvrière. Cela suppose l’extension du mode de production capitaliste à tous les secteurs productifs de la société et l’augmentation de leur productivité, notamment dans les secteurs travaillant directement pour la consommation ouvrière. Historiquement, le mouvement commence naturellement par l’agriculture (ce qui fait dire à Bordiga que le capitalisme est avant tout synonyme de « révolution agraire ») avant de s’étendre aux autres biens de consommation. Une autre façon d’abaisser la valeur de la force de travail, consiste à modifier qualitativement le « panier de marchandises » en remplaçant certains produits par d’autres moins chers, sans que cela affecte directement le « niveau de vie », c’est-à-dire la qualité de la main d’œuvre : c’est le cas, par exemple, lorsque l’on remplace le froment par des pommes de terre, de moindre valeur nutritive mais de meilleur rendement – ce sur quoi les prolétaires parisiens ne se sont pas trompés en détruisant les premiers champs de patates. La conjonction de la valorisation du capital et de la reproduction de la force de travail, c’est donc l’abaissement du coût de celle-ci pour la classe capitaliste et simultanément l’intégration des biens de consommation de la classe prolétaire dans le procès de transformation de la plus-value nouvellement produite en capital additionnel. La classe capitaliste y gagne sur les deux tableaux.

C. Charrier : « La reproduction de la force de travail en question » (Angle Mort, 28.01.2003)


2 Antworten auf „C. Charrier – La reproduction de la force de travail en question (2003)“


  1. 1 Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Pingback am 23. März 2010 um 16:38 Uhr
  2. 2 From the archive of struggle no.47 « Poumista Pingback am 23. April 2010 um 17:18 Uhr
Die Kommentarfunktion wurde für diesen Beitrag deaktiviert.