Gilles Dauvé & Karl Nesic – Le Tout sur le tout (2010)

Nous publions ici les réponses, parfois un peu augmentées, à un questionnaire proposé par des camarades italiens, qui complète celui que nous avait adressé en 2007 le groupe allemand Revolution Times, publié par nous-mêmes sous le titre La Ligne Générale, et en anglais What’s It All About, textes disponibles sur notre site. Malgré leurs différences, les deux questionnaires obligent l’un et l’autre à trier entre vraies et fausses évidences. Revenir à quelques interrogations élémentaires, c’est relativiser ce qui doit l’être, mais aussi reprendre ce qui pour nous reste fondamental.

1. Croire encore à la révolution ?
2. Communisation ?
3. Quelle différence avec l’anarchisme ?
4. Peut-on encore parler de classe et de lutte de classes ?
5. Que faire en période non-révolutionnaire ?
6. Que faire en période révolutionnaire ?
7. Mais à quoi sert la théorie révolutionnaire ?
8. Marx & Reich
9. Marx en son temps… et au nôtre
10. Développer les forces productives ?
11. Quelques lectures

L’intérêt de ce questionnaire, c’est son caractère global. Les questions 8 et 10 renvoient à la 1ère, qui obligeait à s’interroger sur l’absence ou « le retard » d’une révolution communiste tant annoncée depuis plus d’un siècle et demie. On ne peut fournir aucune garantie qu’elle finira par advenir, ni aucune « clé » théorique qui la prouverait. Il n’y a pas de raccourci. Théoriser une réaction personnelle de sortie du monde s’avère inopérant : le changement social ne sera pas la résultante de millions de changements individuels (réponse n°8). Inversement, fonder la nécessité de la révolution sur l’urgence de besoins essentiels, et la société communiste sur la satisfaction des besoins, semble asseoir notre théorie sur un socle enfin solide, puisque sur des exigences physiologiques et physiques, mais cette solidité n’est qu’apparente : aucun besoin humain ne peut être compris ni satisfait uniquement comme un fait matériel (réponse n°10). Tant que nous nous débattrons dans les couples désir/besoin, pénurie/abondance, individu/société, et bien sûr sujet/objet, ce sera le signe que l’enjeu de la révolution communiste n’est pas encore posé historiquement.

Lire en ligne…


1 Antwort auf „Gilles Dauvé & Karl Nesic – Le Tout sur le tout (2010)“


  1. 1 Dietrich Hoss 27. März 2011 um 13:05 Uhr

    Veuillez trouver ci-joint en http/pdf le texte d‘une enquête sur la question „Quelles
    orientations pour quelles pratiques?“ pour information, diffusion et
    invitation à la participation!

    Espérant qu‘il trouvera votre intérêt

    Dietrich Hoss

    http://storage.canalblog.com/72/34/690505/62974682.pdf

    voir aussi le blog: http://journcritiques.canalblog.com

Die Kommentarfunktion wurde für diesen Beitrag deaktiviert.